LA TRADUCTOLOGIE : CONTOURS D’UNE DISCIPLINE

  • Ezeyi J acinta Uche

Abstract

Comme une approche de la traduction, en tant qu’acte particulier de communication, exige que nous définissions l’objet de notre recherche, à savoir la ‘traductologie’, nous voudrions entamer cette communication en posant ces questions: Qu’est-ce que la traductologie? Une question apparemment banale et plusieurs fois répétée.  Avant de répondre à cette question, nous voudrons dire ce que nous entendons par théorie traductologique. En effet, la théorie traductologique est celle qui porte non sur le langage ni sur les langues mais sur le processus de passage d'un discours initial à un discours reformulé en langue cible ainsi que le discours sur le résultat de ce processus. Le discours traductologique a pour finalité la traduction pour elle-même. Des pareilles théories existent bel et bien. Mais elles diffèrent du point de vue de l'approche de leur objet. La traductologie est une théorie pour la traduction. Elle ne répond pas à la question "comment traduire?" (Chose imprévisible, du reste, étant donné que la traduction relève de la parole et de la langue). La traductologie montre ce qu'il faut traduire et comment interpréter pour traduire. Elle s'insère ainsi dans les recherches des vingt dernières années consacrées à l'étude des processus cognitifs intervenant dans la traduction.  Sans nul doute, la traductologie a besoin de toute la lumière qu'apportent la linguistique et la pragmatique sur le langage, outil de communication. Il ne faut pas un seul instant se méprendre: la traductologie est une discipline connexe à la linguistique en tant que science du langage humain articulé et à la pragmatique en tant que théorie de communication par excellence. Ceci étant, venons-en à la question du statut épistémologique de la théorie traductologique. Ladmiral, Sándor  et Lederer et Seleskovitch  pour ne citer que ceux-ci, soutiennent que la théorie, en traductologie, est praxéologique, c’est-à-dire que c’est un discours de la pratique. C'est vrai dans la mesure où la théorie traductologique découle de l'activité traduisante. En ce sens, non seulement la traductologie mais aussi la psychologie, la linguistique et la pragmatique sont empiriques. Empirique, la traductologie l'est car elle ne peut théoriser du vide. Cependant, la traductologie ne doit pas être ramenée à une simple réflexion sur la réalité, à une simple contemplation de la réalité; en l'opposant bien entendu au savoir théorique. Or, il est honnête de reconnaître que certaines théories traductologiques qui étudient les processus cognitifs de traduction et qui recherchent les universaux de la traduction – non celles qui se cantonnent au produit (le traduit) – font montre des caractères scientifiques reconnus à d'autres théories appartenant aux disciplines rigoureuses. Et le caractère scientifique de ces théories découle des théories qui les sous-tendent. L'on peut citer deux travaux dont le premier s'inspire des théories et méthodes de la psychologie cognitive et l'autre de la pragmatique cognitive.

Author Biography

Ezeyi J acinta Uche

Department of English (French)

Chukwuemeka Odumegwu Ojukwu University

Anambra State

Published
2020-09-11